#04 Madeleine et Helena, La Beauté Spirienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

#04 Madeleine et Helena, La Beauté Spirienne

Message par Serra Madeleine le Lun 25 Aoû - 19:04



#04 - La Beauté Spirienne
Ouvert - Serra Madeleine & Helena Lys

Je suis enfin entrée en Spiria, mais déjà, mes premières impressions étaient plutôt négatives concernant les gens. Les personnes ici ont l'air d'être extrêmement focalisées sur l'apparence des choses. Alors, pour éviter d'avoir la sensation d'être observée, épiée de dizaines d'yeux interloqués par mon apparence, je me dépêchais d'aller jusqu'à l'auberge la plus proche. Je ne fis pas attention à son nom, je me dépêchais simplement d'aller voir le réceptionniste. J'étais pressée et haletante de fatigue. J'ai seulement pu demander une chambre et une douche que le personnel ne me refusa pas. L'un d'entre eux me tendit la clef en étirant son bras le plus loin possible. La chambre ici coûte 2000 pièces d'or, j'ai également choisi l'option relooking pour 2000 pièces d'or supplémentaires. Je me disais que ça pourrait m'être utile de ne pas paraître suspecte, mais surtout ... avec tous les commentaires précédents, je me demandait réellement si j'étais si laide que ça. Et ... c'est vrai qu'être belle pour une fois ne serait pas de refus. Je me dépêchais d'accéder à ma suite. Dans cette-dernière, la salle de bain est deux fois plus grande que la chambre. La pièce respirait les fleurs et les plantes, un parfum très frais et relaxant. J'ai l'impression d'être dans un endroit complètement différent de Vikht. Le matériel principal à Spiria est le bois et la végétation raffinée, comparée à Vikht ou tout que n'est que de la pierre grossière, j'ai l'impression de préférer les décors spiriens. Une fois mes affaires posées, je fonçais sous la douche et ai pu profiter de leur savon aux senteurs magnifiques. Après cette douche, j'avais déjà l'impression que mon corps s'était revitalisé. Je n'avais maintenant plus qu'à me changer avec les différentes tenues laissées dans la chambre. Puisque j'ai prit l'option relooking, j'ai apparemment le droit d'après le personnel d'en choisir une et de la garder. Je crois que je n'ai jamais passé autant de temps dans la salle de bain.

Je me souvenais de quand j'étais beaucoup plus petite, cet aspect là de la vie n'existait que très peu. On se lavait à l'eau froide et c'était terminé. Ma mère et mes sœurs n'ont jamais fait attention à leurs corps. Il me semble que j'ai essayé mais que j'ai vite abandonné suite aux commentaires non amicaux de ma famille. " Ça ne sert a rien d'essayer d'être belle, essaies plutôt d'être forte et musclée comme nous. " Cette réplique ressortait souvent. A force, j'ai fini par laisser tomber l'idée. C'est uniquement en devenant servante que cette idée a repris de l'importance, je me devais d'être présentable à côté de mes clients. Mais c'était loin d'atteindre le niveau de Spiria.

a matinée suivante, j'ai peut-être mis trois heures à m'habiller. Entre choisir la tenue qui m'irai bien ainsi que la coupe de cheveux, ça m'a prs un temps fou. En me regardant dans la glace, je perçois ma tendance à baisser les yeux face à mon propre reflet... En effet, je n'étais vraiment pas habituée à porter ce genre de vêtements. J'avais l'impression de ne plus être moi-même, comme si mon propre corps et ce que j'en voyais étaient de total étrangers. Je me demandais si maintenant j'avais l'air au moins un peu jolie...



Une seule solution, il fallait me montrer en public. C'est pourquoi je redescendit vers la réception. Je scrutait la pièce à la recherche de visages expressifs afin de capter leurs émotions si possible. Cette fois-ci, les gens me remarquaient mais se retournaient immédiatement. J'avais l'impression de ne plus tant choquer que cela. Même le réceptionniste d'hier soir m'interpellant en disant " Vous avez une meilleure allure ce matin, félicitations ! ". Je remerciais la personne avec beaucoup de gêne en tant que je n'étais pas habituée à porter ce genre de tenue. J'avais l'impression de ne plus être moi-même. Après avoir prévenu le garde que je serais partie en promenade, je quittait l'auberge en essayant de ne pas me faire remarquer, le moins possible en tout cas.

Pour en revenir à mon objectif, ma tâche était de trouver un bijoutier. C'est d'ailleurs pour ça que je suis à Spiria à la base, toutefois, il semblerait que j'ai été ... comment dire ? ... Distraite par mes émotions. Mais maintenant je n'avais plus d'excuses, alors, je me dépêchait de demander à un passant ou se situait la Bijouterie. D'après cette personne, j'en était encore assez loin. En chemin, j'ai décidé de m'arrêter sur un banc orienté vers une magnifique fontaine ou de l'eau s'écoule sur plusieurs niveaux de bassins. Le tout ressemblait clairement à un arbre. Derrière mon banc, mais aussi ceux des autres, il y avait des buissons très fleuris. Cette petite place dans laquelle j'étais offrait une atmosphère propice à la relaxation. Pourtant, je ne pouvais pas réellement être relaxée, je scrutait constamment mon apparence et mes vêtements pour voir si tout tenait en place. Ensuite, je me décidais de rester ici et de profiter d'un petit moment de paix à observer les gens, et peut-être trouver d'autres inspirations pour mon apparence.
RP Précédent | ••• | RP Suivant

#00a500 - Serra Madeleine
Codage par QHT©








_________________

Serra Madeleine

Administrateur

avatar


Age : 23
Messages : 25
Localisation : Village d'Halt
Date d'inscription : 15/08/2014

Progression
Suivi Perso:
Notes:

http://vidhyale-rpg.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: #04 Madeleine et Helena, La Beauté Spirienne

Message par Helena Lys le Mar 2 Sep - 15:38

Le monde qui m'entoure n'est que belle verdure, arbres entrelacés qui forment une ville grandiose et majestueuse. Spiria, le centre de toute cette société où la beauté prime. Il fait jour et les rayons du soleil qui tapent le sol donne une atmosphère paisible et grandiose à la ville. Elle aurait presque été agréable d'être ici, si ce n'était pour deux raisons. La première est là raison de ma venue en ce lieu, je ne suis pas là pour prendre des vacances et je le sais. Et d'autre part les regards insistants quant à mon apparence, mais surtout ma tenue. Voir une femme sans bijoux, sans maquillage, mal coiffée, sans robe et même pire avec une tenue toute noir qui en dévoile trop sans être élégante était la pire insulte possible dans une ville pareil. Je me serais bien permis d'ignorer ces regards, le seul problème c'est que du fait je captais trop l'attention autour de moi, et qui dit attention dit surtout impossibilité de passer inaperçu, surtout pour des moments délicats tel que le vol à la tire ou autre. Il me faut trouver une solution et vite.

Je regarde à gauche et à droite, zyeutant une quelconque boutique de vêtement. Heureusement les centres d'intérêts de la ville me permirent de ne pas faire une longue recherche, au moins c'était du temps gagné. Je rentre dans la boutique sous les regards inquisiteurs. Je n'en ai cure. Je marche à travers les rayons de tenus. Aucunes des tenus pour femmes ne me conviennent, trop de fioriture, trop de robe longues, lourdes et encombrantes. Alors je continu mon chemin, pas du côté femme, mais du côté homme. Là la diversité de vêtements intéressant me charme plus. J'attrape dans le lot une chemise blanche, une veste grise rayée noir en vertical à bouton et sans manche dont le dos est noir, une cravate noir également. Pour le bas je prends une sorte de pantalon marron et bouffant qui s'arrête un eu en dessous des genoux, enfin je prends de longues chaussettes qui remontent assez haut jusqu'à mi-mollet et des chaussures classiques noir. Je me place dans une petite cabine d'essayage (encore une fois heureusement que je suis à Spiria, je ne suis pas sûr que dans les autres pays de telles cabine existent dans les boutiques). Je laisse ma bonne vieille tenue dans la cabine, je suis désolé de devoir l'abandonner mais je n'ai pas le choix, il faudra que j'en reprenne une un jour, pour le moment je me dois de continuer sous cette accoutrement. Je n'ai plus qu'à sortir, payer ? Alors que je n'ai que 200 pièces d'or sur moi ? Qui a parlé d'une telle chose ? Au passage j'attrape un béret marron, je cache rapidement mes longs cheveux à l'intérieur. Je sors de la boutique la tête basse, profitant du fait que la vendeuse soit occupée à discuter avec une cliente pour sortir avec discrétion.

Je m'éloigne un peu dans la rue, je jette un œil derrière moi, personne. Je retire le béret afin de libérer mes cheveux avant de le replacer sur ma tête. Il y a toujours quelques regards dans ma direction, mais déjà bien moins, ce qui est plus qu'amplement suffisant. Le soucis reste qu'il me faut trouver un endroit dormir cette nuit, et vu l'état de la ville je risque fortement de ne pas trouver d'hôtel bas marché et encore moins de taudis à occuper. Du coup il va me falloir de la monnaie, au moins pour la soirée. Je cherche une cible potentielle, malheureusement ici tout le monde est une cible potentielle et tout le monde est sur ses gardes, tout le monde ? Non pas tous. Au loin j’aperçois une jeune femme, assise au niveau de la fontaine, elle semble perdue dans ses pensées.

En quelques pas je me retrouve à son niveau, je m'assis à côté d'elle. Elle me regarde, je lui sourit afin d'attirer son attention (bien évidemment ce n'est qu'une façade, il n'y a aucune raison d'être heureuse en cet instant ou seul la concentration compte). Je me penche légèrement en avant, je pose une main non loin d'elle comme appuie, enfin c'est du moins ce que l'on pourrait croire. Là il me faut capter son attention, l'occuper sur autre chose que ma main, et pour cela rien de mieux qu'une petite conversation, trois fois rien fera l'affaire.

- « Bonjour, pardonnez moi de vous déranger mais il se trouve que je suis perdue. Je ne viens pas de la région et toute cette verdure et les beautés de la ville m'ont complètement désorientés. Est-ce que vous pourriez m'indiquer la direction à suivre pour atteindre un hôtel dans cette ville, vous comprenez que je ne compte pas dormir à la belle étoile ce soir, bien qu'il fasse un temps plutôt agréable. »
Ma main se rapproche lentement mais sûrement de sa poche, il va me falloir trouver l'emplacement de sa bourse au touché et à l'instinct, il ne faut pas que je détourne trop le regard ou bien elle risque de se rendre compte de quelque chose. Il faut que je continu la conversation sans trop lui laisser le temps de répondre, dans ces moments là il faut être envahissant, mettre la proie en position de faiblesse et ne pas lui laisser le temps de réfléchir, surtout pas sur ce que je fais.
- « C'est étrange, vous ne portez pas de boucles d'oreilles ou de collier. Moi non plus vous me ferez remarquer mais pour une Spirienne vous êtes assez....sobre sur les artifices. »
Il valait mieux parler de tout et de rien, mais il est vrai que ce point m'intrigue tout de même un peu. Je ne lui laisse encore une fois pas le temps, j'enchaîne.
- « Malgré votre prestance et votre beauté vous me semblez un peu mal à l'aise, ai-je tort ? »
Je lui laisse enfin un temps pour souffler, mais surtout me répondre. Ma main est presque arrivé, le temps qu'elle réfléchisse à ce qu'elle va dire et qu'elle se concentre à me répondre je n'aurais qu'à en profiter pour la dépouiller un peu.
Helena Lys

Administrateur

avatar


Age : 21
Messages : 32
Localisation : Droyes
Date d'inscription : 17/08/2014

Progression
Suivi Perso:
Notes:

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum